Investissement immobilier

L’immobilier a toujours été considéré comme une valeur refuge en période de crise. Quoi qu’il en soit, l’épisode du coronavirus n’a pas été sans conséquence sur le marché immobilier français. Les prix immobiliers continuent de flamber dans la plupart des villes régionales. Il existe, néanmoins, des solutions d’investissement accessibles à tous.

Investissement immobilier en région de Bourgogne

La région de Bourgogne abrite de beaux programmes immobiliers. Ils s’adressent à des profils d’investisseurs très variés (particuliers, professionnels, étudiants, seniors, etc.). Afin d’accéder au marché immobilier de Bourgogne, il faut choisir entre les villes suivantes : Dijon, Auxerre, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Nevers, Sens et Beaune. La plupart sont éligibles à la loi Pinel.

À noter que le Gouvernement français a déjà mobilisé 470 milliards d’euros pour soutenir financièrement les PME et TPE tricolores. Et les premiers projets de relance industrielle validés par l’État concernent la région Bourgogne–Franche-Comté. Plus concrètement, il y en a 30, et ils seront lancés à Dijon.

Les différents moyens d’investir dans l’immobilier

Il existe différentes solutions d’investissement pour se positionner sur le marché immobilier locatif en France. Parmi elles, figurent notamment la Pierre Papier (via les SCPI ou les OPCI), l’investissement en LMNP (ou Loueur Meublé Non Professionnel) et le Crowfunding. Il y a, bien sûr, des conditions imposées par la loi.

Investissement en Pierre Papier

Le marché de la Pierre Papier est plus porteur par rapport à celui de l’immobilier résidentiel en France. Les SCPI (ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier) permettent d’y accéder indirectement. Il s’agit de véhicules de placement collectif qui s’adresse à tous les profils d’investisseurs. Même les seniors et les étudiants peuvent investir dans les SCPI. Les SCPI sont accessibles à partir de quelques centaines d’euros. Le prix acquéreur avoisine parfois les 1 000 € et 5 000 € (notamment pour les nouveaux associés). Il n’y a aucune contrainte de gestion pour les porteurs de parts. Le versement des dividendes est généralement trimestriel.

Investissement LMNP

En optant pour l’investissement en LMNP, les revenus générés par le bien immobilier exploité seront plus conséquents. Les conditions d’éligibilité du dispositif LMNP sont très strictes, et doivent être respectées. Il y a, par exemple, une liste de mobiliers à intégrer dans le logement. Les loyers perçus dans le cadre d’une location meublée non professionnelle sont imposables en bénéfices industriels et commerciaux. Bon à savoir, les résidences services sont éligibles au dispositif d’investissement LMNP. En déléguant la gestion locative de l’appartement ou de la chambre à un gestionnaire, les revenus locatifs seront garantis grâce à un bail commercial signé par le propriétaire bailleur et l’exploitant.

Investissement locatif

Il est possible de bénéficier d’une fiscalité avantageuse tout en accédant au marché de l’immobilier en France. Il y a, par exemple, le dispositif d’investissement Pinel. Il concerne uniquement les opérations (ou transactions immobilières) réalisées entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021. Pour jouir des avantages du dispositif Pinel, il est envisageable d’investir en région Bourgogne. Dijon, Sens et Beaune sont des villes éligibles à la loi Pinel. Il faut, toutefois, retenir que les prix immobiliers continuent de monter dans les principales villes régionales. C’est notamment le cas de Nantes, de Lille, de Toulouse et de Rennes.

Résidence principale ou secondaire

Le prix d’une résidence principale est supérieur à celui d’une résidence secondaire. Au premier janvier de l’année d’imposition, un abattement de 30 % s’applique sur la valeur vénale réelle de la résidence principale constituant le patrimoine d’un contribuable assujetti à l’IFI . Afin de rentabiliser l’achat de sa résidence secondaire, il est envisageable d’opter pour la location saisonnière. C’est la solution ultime pour générer des revenus locatifs durant une période déterminée. L’idéal serait de mettre en location sa résidence secondaire pendant la saison des vacances. Les SCPI sont accessibles à partir de quelques centaines d’euros. Le prix acquéreur avoisine parfois les 1 000 € et 5 000 €. Il n’y a aucune contrainte de gestion pour les porteurs de parts. Le versement des dividendes est généralement trimestriel.

Crowdfunding

Le Crowdfunding ou « financement participatif » permet d’accéder au marché de l’immobilier en France via Internet. Il s’agit d’un mode de financement très innovant qui s’est développé au fil des années grâce aux réseaux sociaux. Il s’adresse non seulement aux particuliers, mais aussi aux entreprises appartenant à divers secteurs d’activité.
Le Crowdfunding permet de financer divers types de projets. Ce mode de financement peut prendre différentes formes (le microcrédit solidaire, le don, le prêt ou crowdlending, le don avec contrepartie, l’investissement en capital ou equity, la production communautaire). De nombreux investisseurs français ont déjà eu recours au  financement participatif pour financer la promotion immobilière sur des durées de près de 18 mois.

OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier)

Les OPCI ou Organisme de Placement Collectif Immobilier ont fait leur apparition sur le marché financier en 2005. Ils sont généralement utilisés comme support d’investissement au sein des contrats d’assurance-vie. Ils sont presque identiques aux fonds euros SICAV ou FCP. Il s’agit, plus concrètement, d’un placement non coté.
En investissant dans un Organisme de Placement Collectif Immobilier, l’épargnant devra choisir entre trois types d’investissement : les supports monétaires, l’immobilier tertiaire non coté (bureaux et commerces) et les placements financiers (obligations, actions de sociétés cotées, etc.). En 2019, les Organisme de Placement Collectif Immobilier ont affiché une performance globale de 5,4 %, contre -0,4 % au cours de l’exercice précédent.

Pourquoi investir dans l’immobilier ?

Investir dans l’immobilier permet de se constituer un patrimoine qui, après le décès du propriétaire, peut être transmis à ses héritiers. Afin de générer des revenus réguliers à moyen ou à long terme, la mise en location du bien acquis s’impose. Ils serviront à augmenter le pouvoir d’achat de l’investisseur.

En choisissant de mettre en location son bien (résidence secondaire, appartement, etc.), le propriétaire-bailleur pourra anticiper sa retraite. Les loyers tirés de la location du bien vont compléter ses revenus mensuels. À noter qu’un achat immobilier affiche une rentabilité supérieure à celle des produits d’épargne classiques proposés par les banques.

Faut-il investir dans l’immobilier neuf ou ancien ?

En investissant sur le marché immobilier français, l’acquéreur devra choisir entre deux options : acheter neuf ou ancien. À l’évidence, les logements neufs affichent des prix plus élevés par rapport à ceux des bâtiments anciens. En revanche, ils présentent l’avantage d’être utilisable (ou exploitable) immédiatement. Ils sont parfois meublés.

Les frais de notaire sont inévitables lors d’un achat immobilier. Ils sont faibles pour l’acquisition d’un bien neuf.

acheter-logement-neuf-ou-ancien

Ils ne représentent que 2 % à 3 % du prix de vente dans le neuf, contre 7 % à 8 % dans l’ancien. Malgré cela, l’immobilier ancien est apprécié pour son charme intemporel.

Les revenus locatifs générés par le placement permettront de réduire les mensualités du crédit. Il faudra juste prendre en compte les différentes charges locatives. Car ces dernières peuvent venir grignoter le rendement du placement.

Comment financer un investissement immobilier ?

En France, l’accès à la propriété devient de plus en plus difficile. En effet, il faut réunir des sommes conséquentes pour finaliser une acquisition immobilière. Pour financer un investissement immobilier sans se ruiner, il devient indispensable de recourir à l’endettement. Les prêts immobiliers destinés aux porteurs de projets immobiliers sont multiples, mais sont soumis à des conditions strictes.

Les conditions exigées par les organismes prêteurs se durcissent chaque année. Il s’agit, généralement, des banques et des sociétés de financement. Ils accordent rarement des prêts immobiliers, sur de longues durées, à leurs clients (personnes physiques). Il faudra négocier sérieusement avec son banquier pour augmenter ses chances d’obtenir un prêt sur 20 ans. L’objectif étant de faire en sorte que le bien acquis s’autofinance.