Investissement immobilier direct

En choisissant d’investir dans l’immobilier direct, le porteur de projet devra effectuer toutes les formalités administratives y afférentes. Il n’est pas intéressant d’acheter une maison ou un appartement pour ensuite l’occuper. Afin d’en tirer des revenus locatifs, mieux vaut opter pour la location (saisonnière ou de longue durée).

La mise en location d’un bien immobilier doit respecter les lois en vigueur en France. Il y a, aussi, d’autres paramètres à prendre en compte. Parmi eux, figure notamment la fiscalité applicable aux revenus générés par le placement. Afin de rendre l’accès au marché de l’immobilier locatif plus facile, différentes solutions d’investissement ont été développées.

Investissement locatif : fonctionnement et astuces pour le réussir

L’immobilier direct figure toujours parmi les placements refuges les plus sûrs. Il constitue une excellente source de revenus complémentaires pour les particuliers. La première étape consiste à réaliser une étude de marché. Il faudra, bien sûr, mener des recherches plus poussées pour cerner les différents types de location d’un logement.

Le choix du bien ne doit pas être pris à la légère. Car la réussite d’un projet d’investissement immobilier en direct dépend de la qualité du logement loué. L’emplacement du bien joue également un rôle prépondérant. Idéalement, les logements situés dans les villes les plus rentables de l’hexagone.

L’objectif étant d’accéder à la propriété tout en générant des compléments de revenus réguliers. Il est vivement conseillé de se tourner vers les experts de l’immobilier en direct pour découvrir les meilleures solutions d’investissement possible. À noter que certains diagnostics techniques doivent être réalisés par un professionnel qualifié avant la mise en location d’un logement.

Afin d’accéder rapidement au marché de l’immobilier résidentiel en France, il est envisageable de recourir à l’endettement. Il faudra juste monter un dossier de demande de crédit immobilier solide. Il convient, toutefois, de retenir que les conditions exigées par les banques sont de plus en plus strictes.

Investissement en colocation : une location rentable en immobilier

Les investisseurs en quête de rentabilité locative durable optent souvent pour l’investissement en colocation pour concrétiser leurs rêves. Il s’agit d’un type de location immobilière très avantageux. Il permet d’accéder à la propriété tout en bénéficiant d’un prix au mètre carré moins cher qu’un studio. Il diminue au fur et à mesure que la surface habitable du logement augmente.

Les loyers perçus dans le cadre d’une colocation sont nettement plus élevés par rapport à ceux de la location classique. Le logement ou l’appartement étant occupés par plusieurs locataires. La rentabilité annuelle d’un bien loué en colocation avoisine les 10 %, contre 6 % en location vide.

En optant pour l’investissement en colocation, le risque d’impayée est minimisé. Le propriétaire-bailleur est assuré de percevoir des loyers mensuels grâce à des clauses de solidarité des colocataires. En moyenne, une colocation à Paris coûte 500 € pour les étudiants (ou les jeunes actifs).

Le dernier point important à considérer concerne la fiscalité d’une colocation. Il convient de souligner que ce type de location est éligible au dispositif d’investissement LMNP (ou Loueur Meublé Non Professionnel). À noter que les revenus tirés d’une location meublée bénéficient de la fiscalité très avantageuse des Bénéfices Industriels et Commerciaux.

Crowdfunding : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Le Crowdfunding est l’une des meilleures solutions d’investissement permettant d’accéder au marché de l’immobilier direct. Il s’adresse à différents profils d’investisseurs. Il a pour vocation à collecter les apports financiers de plusieurs personnes (physiques) pour financer un projet. Il s’agit généralement d’un bien immobilier. Mais d’autres projets peuvent être financés à l’aide du Crowdfunding (agriculture, art, etc.).

Le Crowdfunding ou le financement participatif permet à des investisseurs et porteurs de projet immobiliers d’investir dans l’immobilier direct via une plateforme en ligne. Il est régi par l’ordonnance 20/05/2014 n° 2014-559 et du décret du 16/09/2014 n° 2014-1053. Il s’agit donc d’un type de financement légal en France.

Dans le cadre du financement participatif, c’est toujours l’investisseur qui injecte une somme d’argent dans un projet. Le porteur de ce projet, quant à lui, ne dispose pas de fonds nécessaire à sa concrétisation. Les deux acteurs sont réunis par une plateforme de Crowdfunding. Bien entendu, c’est elle qui sélectionne les projets.

Il convient de souligner que les fonds pouvant être placés sur les plateformes de Crowdfunding sont plafonnés à 2,5 millions d’euros. Il s’agit d’un investissement rentable, certes, mais il comporte quelques inconvénients. Il y a, par exemple, le risque de perte (totale ou partielle) en capital initial investi. Idem pour les fonds prêtés.